Christophe

Pendant cette période de confinement, l’activité à été fortement chamboulée, nous gérons essentiellement les reports, annulations de dates, finalisons les contrats en cours ….
Nous nous inquiétons pour l’avenir, mais surtout pour nos artistes. Chacun passe beaucoup de temps pour organiser les tournées et d’un seul coup tout s’arrête
Je réfléchis à une autre vision des choses.
Ce qui nous arrive, ne nous arrive pas par hasard….
En ce moment, Il me parait inapproprié de continuer à prospecter et pourtant il va bien falloir que la vie reprenne normalement, que les dates et tournées reprennent
Nous réfléchissons donc avec certains de nos artistes à une autre façon de travailler. Que sera l’après confinement ? L’après Corona … ?
Malgré mes inquiétudes pour ma vie pro, pour les malades, et ceux qui sont comme nos soignants en contact permanent avec ce virus ( une belle pensée pour ma p’tite soeur infirmière dans un hôpital parisien), j’aime ce silence, j’ai l’impression que la nature reprend ses droits. Est ce mon imagination ? Je n’ai jamais vu et entendu autant de chants d’oiseaux.
J’aime cet arrêt
je réfléchis encore et oui, c’est une période ou je réfléchis beaucoup
– Pourquoi en sommes nous là ?
– Qu’avons nous fait pour en arriver là ?
Pourquoi sommes nous si fragiles face à ce virus ? Ne nous sommes pas nous même empoisonnés … ?
Que mettons nous dans nos assiettes ? Nous sommes les 1ers responsables, je suis le 1er responsable.
Comme au 1er janvier, Il me vient de bonnes résolutions :
J’ai l’envie de créer un grand jardin collectif dans mon quartier et d’y motiver mes voisins pour qu’enfin nous retrouvions dans nos assiettes une culture plus saine ….
Mais, vais-je m’y tenir ….. ?
Déjà, arrêtons de manger des Pangolins. 😉

Pendant cette période de confinement, j’occupe l’essentiel de mon temps à la lecture et à l’écriture. Je profite aussi de cette parenthèse étrange pour entretenir mon jardin, tondre la pelouse, récurer la terrasse, autant d’activités proprement passionnantes ! Je propose également chaque soir un texte, une pensée, un aphorisme, sur ma page Facebook personnelle. Ma petite pierre à l’édifice pour essayer de distraire tout un chacun. Mon gravillon gravitant dans la galaxie des entraides et des initiatives gratuites… En voici deux, par exemple :
Confiné celui qui prend acte
Con fini celui qui prend l’air
Big up aux croupiers des casinos Lucien B., qui, forts d’une solide expérience, exécutent de main de maître les gestes Barrière.
Voilà.
Au plaisir amigos,

Nico (Archimède)

Le confinement que nous vivons en ce moment me permet de faire beaucoup de choses que je ne prends pas le temps de faire habituellement… Je me suis donc regardé l’intégrale d’un coffret Belmondo que j’avais eu à Noël 2015 et que je n’avais pas encore ouvert… Génial ! Je m’amuse aussi à relire de vieilles BD comme Spirou et Fantasio, des vieux Tintin. Un retour en enfance qui permet de me faire oublier quelques heures l’époque troublée et troublante dans laquelle nous pataugeons. Je lis aussi quelques romans que je n’avais pas pris le temps d’ouvrir non plus. Chaque matin, je donne un petit cours de guitare/ukulélé sur Facebook et Youtube pour apprendre quelques chansons d’Archimède. Et bien sûr, je travaille sur de nouvelles compositions ! 

Fred (Archimède)

3 milliards de confinés … et moi et moi et moi !
Moi aussi, je ferme les yeux et j’ai des rêveries d’artistes.
Des salles pleines de spectateurs extatiques qui ont retrouvé la liberté.
Des Olympia en veux-tu en voilà.
Des tournées triomphales évidemment.
Mais pour l’heure je rêve de millions de vues,
De garder le lien, de semer la joie,
Alors chaque jour Lili et moi postons une chanson sur les réseaux,
On est pas les seuls, non,
3 milliards de confinés … et moi et moi et moi !

Thierry Chazelle

#ConcertConfine

« Confinement » rime avec firmament. Oui… mais voici un mot qu’on voudrait joli et qu’on utilise chaque jour pour ne pas employer le mot « enfermement ».
Pendant que je suis « confinée » à la maison, je pense à ceux qui luttent pour sauver des vies et à ceux qui luttent pour sauver leurs vies.
Ecrire des chansons dans ce contexte me semble bien dérisoire, inutile et farfelu.
Alors, j’essaie de me dégourdir l’esprit. De voyager immobile.
Je pense aux anachorètes qui ont choisi de vivre cloîtrés.
Je pense à toutes celles et tous ceux qui n’ont pas eu d’autres alternatives que de vivre dans la claustration. Et je relis le journal d’Anne Frank.
Dans ce temps suspendu, je passe le temps en famille. On rêve d’aventures de Lucky Luke, nous sommes les Aventuriers du Rail, nous voyageons partout dans le monde en révisant les capitales de chaque pays, nous concoctons des gâteaux fantasques avec des épices inconnues et nous partons sur les sillons des disques de Neil Young.
A vous qui lisez ces lignes, prenez soin de vous et de vos proches. Chaque jour, je guette les rayons du soleil. Demain, il fera beau.

le confinement et 709 prod

La guerre des humains contre la vie est en cessez-le-feu : plus assez d’énergie pour tout mener de front, on va devoir laisser les fleurs pousser ce printemps-ci.
Quel tristesse d’en arriver là, mais du négatif a toujours amené du positif qui a amené du négatif qui… La vie, la mort, les cycles.
J’ai des pensées qui vont aux personnes qui travaillent d’arrache-pied face à la mort pendant que moi, je travaille d’arrache-pied pour mettre à profit les envies que cette période me débloque.
Par exemple, mon ami Edouard Leys qui propose de travailler autour d’un projet pendant une semaine, un morceau beau de quelques mesures écrites par des dizaines de musiciens.
Une semaine de communication entre amis, entre inconnus, de l’énergie canalisée pour une communauté musicale élargie par les circonstances.
Je déplie mes muscles, j’ai le temps, l’envie, la procrastination n’existe plus puisque les priorités n’existent plus. Je rêve.
Fais ce qu’il te plaît, mais chez toi ! Peut-être que tout le monde se rendra compte de l’importance d’avoir un jardin vivant d’oiseaux, d’insectes, de fleurs…

Stellis

« En ces temps de confinement, je pourrait essayer de confiser, de confire, de concocter des confitures, mais malheureusement non, je vous confie m’ennuyer ferme ! 

J’ai bien un enfant qui me confisque une grande part de mon temps, et un second colocataire qui s’ingénue à me confier différentes tâches dans l’espace confiné que nous confinons ensemble… mais malgré tout je vous confirme m’ennuyer ferme !

Le dehors manque, les gens du dehors manquent… Alors en prévision de nos retrouvailles, une fois que ce confinement aura fini de nous confiner, j’écris, je chante dans ma baignoire, ou dans le placard de la chambre de ma fille (confinée dans un autre espace de confinement) et où j’ai confortablement confiné un petit clavier… j’appelle les amis, les parents, je fais des siestes, je lis Harry Potter avec mon fils, et regarde Star Wars et La Vie avec le même fils, je me confectionne un costume de maitresse tous les matins, je contente mes mains avec 4 bacs de terre que j’ai sur la terrasse, j’hume les trois fleurs qui pointent le bout de leur nez, je cuisine, je dessine, je consume de temps à autre un feu de bois le soir, je consomme un apéro (tous les soirs), je me console en lisant les conneries qui passent sur Facebook et je rigole bien… Bref, je m’ennuie ferme… Et je vous attends ! »